Recherche

Entreprendre et travailler à Châteaubriant

Rédigé par
Alain Moreau

Entreprendre et travailler à Châteaubriant. Avec un taux de chômage comparable à celui du département de la Loire-Atlantique, Châteaubriant a des difficultés à recruter certains profils. Et même si le Pays de Châteaubriant possède quelques fleurons de l’industrie en plasturgie, mécanique de précision et fonderie, il manque d’attractivité. Les plus diplômé(e)s, tels les ingénieurs ou les cadres ne résident pas sur le territoire.

Radio Châteaubriant reçoit Jean-François Barbazanges, président de l’Adic et Olivier Dubouchet, directeur de l’Agence locale de Pôle Emploi pour nous éclairer.

L’attractivité de Châteaubriant

Pour Jean-François Barbazanges, président de l’Adic : “Châteaubriant a énormément de chance. Les entreprises leaders qui se sont installées ici ont été crées par des castelbriantais…Et l’attachement à ce territoire, il vient un peu dans nos gènes. Et je me dis que les générations futures, si elles ne sont pas aussi attachées. Déménager une usine, c’est possible. On a des collègues ( entreprises-NDLR) qui ont réfléchi car ils sont en développement. Châteaubriant c’est compliqué…Mais ça reste le chalenge, Comment je vais trouver les compétences derrière…Les jeunes pour les faire venir, peut-être qu’il faut des endroits conviviaux pour se retrouver, des logements en centre-ville qui soient sympathiques…La ville n’est pas spécialement jolie…

Les métiers en tension sur le bassin d’emploi de Châteaubriant

Pour Olivier Dubouchet, directeur de l’agence Pôle Emploi de Châteaubriant : ” Aujourd’hui des emplois disponibles, il y en a. On a des emplois qui ne trouvent pas preneur. Cela peut être des raisons de mobilité, cela peut être des raisons salariale. Mais également dans certains domaines comme le soin aux personnes avec des horaires extrêmement fractionnés ouy des quotités de travail très faibles. Comment on fait pour répondre à ces problématiques là ?”

Il n’est pas toujours aisé d’entreprendre et travailler à Châteaubriant. Aujourd’hui les métiers en tension sont dans les domaines de l’aide aux personnes. Mais aussi dans des emplois peu rémunérateurs, comme conducteurs de cars scolaires. Des horaires hachés, peu d’heures travaillées et aucune possibilité d’évolution de carrière.

Les 12 métiers les plus recherchés sur le bassin d’emploi de Châteaubriant

 

Selon une enquête BMO de  2019 les emplois les plus recherchés sont :

Professionnels de l’animation socioculturelle (animateurs et directeurs).
Aides à domicile, aides ménagères, travailleuses familiales.
Agents d’entretien de locaux (y compris ATSEM).
Conducteurs de transport en commun sur route.
Monteurs, ajusteurs, contrôleurs et autres ouvriers qualifiés de la mécanique.
Éleveurs salariés.
Employés de libre-service.
Aides-soignants (aides médico-psychologiques, auxiliaires de puériculture, assistants …
Bouchers.
Agriculteurs salariés, ouvriers agricoles.
Mécaniciens et électroniciens de véhicules.
Ouvriers qualifiés des travaux publics, du béton et de l’extraction.

Plus d'épisodes du podcast

Episode 3