Solea de Jean-Claude Izzo

Incipit sans limite
Des lectures hétéroclites,
Pour des oreilles intrépides,
Des débuts de romans, des nouvelles complètes, de poèmes,
Et tout ce qui se dit,
Et tout ce qui s’écoute,
Ou pas….

Jean-Claude Izzo

Journaliste, politicien, romancier, poète, nouvelliste, Jean-Claude Izzo, né à Marseille en 1945 est surtout connu du grand public pour sa célèbre trilogie marseillaise du détective privé Fabio Montale. Après Total Khéops en 1995, lauréat du trophée 813 du Meilleur roman francophone puis Chourmo en 1996, tous deux adaptés au cinéma, il publie en 1998 Solea, le troisième opus.
Le plus pessimiste, le plus noir.

Jean-Claude Izzo est décédé le 26 janvier 2000.

« Sa vie était là-bas, à Marseille. Là-bas, derrière ces montagnes que le soleil couchant éclairait, ce soir, d’un rouge vif. »

« Demain, il y aura du vent », pensa Babette.
Depuis quinze jours qu’elle était dans ce hameau des Cévennes, Le Castellas, elle montait sur la crête à la fin de la journée. Par ce chemin où Bruno emmenait ses chèvres.

Ici, elle avait songé, le matin de son arrivée, rien ne change. Tout meurt et renaît. Même s’il y a plus de villages mourants que renaissants. À un moment ou à un autre, toujours, un homme réinvente les gestes anciens. Et tout recommence. Les chemins embroussaillés retrouvent leur raison d’être.

Cours, camarade, le vieux monde est derrière toi.

 

– C’est ça, la mémoire de la montagne, avait dit Bruno en lui servant un gros bol de café noir.
Bruno, elle l’avait rencontré en 1988. Le premier grand reportage que le journal lui confiait, à Babette. Vingt ans après Mai 68, que sont-ils devenus, les militants ?

Jeune philosophe, anarchiste, Bruno s’était battu sur les barricades du Quartier latin, à Paris. Cours, camarade, le vieux monde est derrière toi. Cela avait été son seul slogan. Il avait couru, lançant pavés et cocktails Molotov sur les C.R.S. Il avait couru sous les gaz lacrymogènes, les C.R.S. au cul. Il avait couru dans tous les sens, en mai, en juin, rien que pour ne pas être rattrapé par le bonheur du vieux monde, les rêves du vieux monde, la morale du vieux monde. La connerie et la saloperie du vieux monde.»

Solea de Jean-Claude Izzo, un podcast de Radio-Châteaubriant dit par Cécile Aveline.

Share this