Quand l’Hermine devint bretonne

quand-lhermine-devint-bretonne

Quand l’Hermine devint bretonne, c’est ce que nous raconte Gildas Salaün dans l’épisode du podcast consacré aux monnaies en Bretagne.

« L’apparition des symboles héraldiques sur les monnaies en Bretagne, se fait comme à peu près dans toutes les grandes autres principautés de l’époque, au tout début du 13e siècle. Quand je pense aux autres grandes principautés, je pense en particulier au duché de Bourgogne. À l’époque, il y avait un blason généralement de forme triangulaire, qui représentait les armoiries de la famille de Dreux.

Pourquoi les armoiries de la famille de Dreux ?

Tout simplement parce qu’au début du 13e siècle, Pierre Mauclerc qui devient duc de Bretagne, baillistre* pour être précis, est imposé par le roi, Philippe Auguste, et il arrive avec son blason. C’est pas tant le blason du duché de Bretagne que le blason du duc de Bretagne, de sa famille à lui. Et il se trouve qu’il était originaire de Dreux. Donc il arrive en Bretagne avec ses armoiries.

Ses armoiries en question, étaient composées de ce que l’on appelle en héraldique un échiqueté. Comprenez une sorte de damier, un échiquier, composé de carrés bleu, or. Et il y avait un franc quartier, c’est à dire l’angle en haut à gauche, était chargé de moucheture d’hermine. Et oui, je dois bien vous l’avouer dès maintenant, l’hermine n’a pas toujours été bretonne. Ou plutôt, l’hermine est une importation royale en Bretagne. Parce qu’à cette époque, ce sont vraiment les armoiries du duc, donc celles en réalité de Dreux, qui sont le symbole officiel de l’autorité.

L’hermine n’a pas toujours été bretonne

L’hermine va vraiment devenir bretonne, en fait, lorsque le dernier représentant de la famille de Dreux, Jean III, qui meurt en 1341, va se fâcher avec sa tante, Yolande de Dreux. Et apparemment autour de 1315, 1316, on n’est pas tout à fait sûrs de la date, et bien il va abandonner son passé de Dreux. Et pour cela supprimer l’échiquier et ne conserver plus que la moucheture d’hermine.

La moucheture d’hermine, deviendra, à partir de ce moment-là, le symbole de la Bretagne dans une double acception. Le duché en tant qu’institution, et le duché en tant que territoire. Mais en effet, au départ, l’hermine n’était pas bretonne. Et c’est là aussi les pièces de monnaie qui permettent de le dater avec précision. Parce qu’on sait que des types monétaires, qui ont été frappés entre 1315 et 1320, vont d’un seul coup, ne plus avoir que des mouchetures d’hermine pour figurer le blason breton.

Mais j’insiste vraiment sur cette double dimension : acception du duché en tant que territoire et en tant qu’institution. »

Retrouvez chaque semaine le podcast de Gildas Salaün, Histoires de monnaies.

Gildas Salaün est Responsable du Médaillier au Musé Dobrée de Nantes. Il est également à l’origine de l’exposition ” Terre de Trésors” présentée au public au château de Châteaubriant dans la programmation de Grand-Patrimoine de Loire-Atlantique. Au château de Châteaubriant, jusqu’au 3 octobre 2021.

*Baillistre. En droit féodal, le baillistre est celui qui a la garde et la tutelle des enfants nobles durant leur minorité.

Musique : J.S. Bach Suite In E Minor, BWV 996 – Transp. In G Minor / Göran Söllscher /Jethro Tull

Plus d'épisodes du podcast

Écouter Radio-Châteaubriant Détacher le lecteur
Histoires de monnaies
Loading...