Philippe Silberzahn : Les prévisions nous rendent fragiles

philippe-silberzahn-les-previsions-nous-rendent-fragiles

Philippe Silberzahn : Les prévisions nous rendent fragiles.

Rencontre avec Xavier de Mazenod.

Le grand soir du monde d’après

« Souvent les gens qui parlent du monde d’après nous disent pas après quoi ? Derrière cette idée de monde d’après, il y a ce que moi j’appelle un modèle mental. C’est-à-dire qu’il y a un avant et un après.

Mais on ne précise pas avant quoi ou après quoi. Si on parle de l’après coronavirus je crois que l’on n’est clairement dans l’après.

Et plus généralement on est il y a une tendance qui est très forte qui est une sorte d’idéalisme qui aime beaucoup gloser, débattre dans le futur. Qu’il y aura telle ou telle chose qui va changer profondément, alors que l’on sait que le monde est beaucoup plus complexe. L’idée derrière et ça nous ramène au à toute la problématique du changement, de la transformation? Qu’elle soit au niveau des organisations ou au niveau du monde. ou de la société.»

La réalité ne va pas correspondre à ces scénarios

« Il ne suffit pas de dépeindre un monde idéal. C’est parfois même contre productif. Moi je défends l’idée de partir de là où on est aujourd’hui, pour après se dire. ” Qu’est ce qu’on peut faire à partir de ce que l’on a aujourd’hui ?”. Très souvent la posture qui consiste à parler du monde d’après, elle part d’une négation du monde d’aujourd’hui, qui est d’ailleurs vu comme étant repoussant, largement négatif.»

« Donc quand un scénario va se produire, on n’aura pas été préparé parce qu’en fait, les scénarios auxquels on se prépare – nouvelle expression de ces modèles mentaux -, les scénarios qu’on imagine sont le reflet de notre identité et sont le reflet de nos croyances. Donc, on va s’interdire certains scénarios. On va, au contraire, se focaliser sur des scénarios qui nous semblent plausibles. Mais plausibles, cela veut dire quoi ? Cela veut dire plausible par rapport à nos croyances

Philippe Silberzahn est professeur à l’EM Lyon Business School. Il est spécialisé dans l’entrepreneuriat, l’innovation et la transformation des organisations. Il a été lui-même entrepreneur pendant 20 ans. Il nous partage son opinion sur les prédictions du « monde d’après » le coronavirus, sur les prévisionnistes. Et nous explique pourquoi nos organisations tireraient un plus grand bénéfice à « embrasser l’incertitude » et à devoir agile plutôt que de tenter de prédire l’avenir.

Connexion profonde avec la réalité

Philippe Silberzahn : Embrasser l’incertitude, et les autres épisodes du podcast de ZeVillage, C’est Quoi ce Travail ? , c’est chaque semaine sur Radio-Chateaubriant.

Participer à la discussion

Plus d'épisodes du podcast

Écouter Radio-Châteaubriant Détacher le lecteur
C'est Quoi ce Travail ?
Loading...