La monnaie au temps d’Anne de Bretagne

La monnaie au temps d'Anne de Bretagne

La monnaie au temps d’Anne de Bretagne.

Gildas Salaün nous invite à mieux comprendre la signification de la monnaie au temps des Ducs de Bretagne. Au travers d’une première série de podcasts, il nous explique le pouvoir de l’argent comme média. Mais aussi, on y apprend que les pièces étaient des objets de propagande des puissants. Gildas Salaün raconte.

« Avant de commencer la série de podcasts, je voulais faire une sorte d’introduction pour expliquer ce dont on va parler. Ce que je vous propose c’est de découvrir ensemble la partie de l’univers graphique qui existait à l’époque des Ducs de Bretagne. Il faut imaginer qu’au moyen-âge en Bretagne comme partout ailleurs, il y avait énormément de symboles, y compris figurés sur des édifices. Il faut imaginer des maisons toujours très colorées, ou très souvent colorées. Et puis vous aviez des symboles, notamment des symboles héraldiques. On pense par exemple aux enseignes. Les enseignes d’un boucher, bah c’était pas écrit boucherie.

La monnaie au temps d'Anne de Bretagne

Mais vous aviez un symbole qui vous faisait comprendre que, ici, c’était une boucherie. Ici c’était une boulangerie et cætera. Eh bien de la même façon, dans les villes il y avait des armoiries qui étaient un petit peu partout, pour à la fois figurer soit le propriétaire d’une maison, petite ou grande. Ou bien tout simplement une filiation quand il y avait un vassal dans un quartier. Généralement il exhibait les armoiries de son seigneur.

Un master 2 à l’université de Nantes

Aujourd’hui, ça a complètement disparu. Et pourtant il y a encore des traces de ces armoiries. Il y a un mémoire de master 2 qui était soutenu à 15 jours à l’université de Nantes ( juin 2021). Il présente pour la première fois une somme de toutes ces armoiries qui sont encore en place ici, enfin en tout cas à Nantes. Mais il n’y avait pas que les bâtiments qui avaient des armoiries. Il y avait aussi pour le grand public, en fait la plupart du temps, il manipulait les monnaies. Les pièces de monnaie étaient à cette période_ là je vais vous parler du 13e au début du 16e siècle en gros depuis Pierre Mauclerc jusqu’à Anne de Bretagne_ chacun avait dans sa main ou dans sa poche des pièces de monnaie pour payer.

Et chacune de ces pièces avait des armoiries et avait également des symboles. Parce qu’on communiquait finalement moins par l’écrit, que par la symbolique. Et c’est ça que je vous propose de retrouver. Et c’est extrêmement important. Parce qu’à cette époque bien avant l’invention de l’imprimerie, les pièces de monnaie étaient en fait les seuls objets produits en série et se diffusant largement. C’est pourquoi très tôt, y compris même d’ailleurs les empereurs romains, se sont saisis de ces petits objets de métal qui se diffusaient donc pour faire passer un message.

Condamné à estre bouilli en eau chaude

Et c’est ça que je vous propose de redécouvrir ensemble et quand je vous dis que c’était important. Imaginez que dans la très ancienne coutume du Duchié de Bretaigne, comme l’on disait à l’époque, le crime de fausse monnaie n’était pas tant réprimé pour les aspects économiques que pour des aspects symboliques. Parce que vous vous appropriez les symboles du duc. Et bien en Bretagne, selon cette coutume vous étiez condamné à estre bouilli en eau chaude jusqu à la mort endurée. Car vous étiez condamné pour crime de lèse-majesté. Alors, c’est donc ça que je vous propose de découvrir à présent. »

Gildas Salaün est commissaire de l’exposition ” Terre de Trésors” présentée au public au château de Châteaubriant dans la programmation de Grand-Patrimoine de Loire-Atlantique. Au château de Châteaubriant, jusqu’au 3 octobre 2021.

La monnaie au temps d’Anne de Bretagne et les autres épisodes du podcast de Gildas Salaün.

Plus d'épisodes du podcast

Écouter Radio-Châteaubriant Détacher le lecteur
Histoires de monnaies
Loading...