La Bague : C’est l’histoire de cette femme

la-bague-c-est-lhistoire-de-cette-femme

La Bague : C’est l’histoire de cette femme qui pensait que les objets gardaient au fond d’eux une trace des êtres disparus après leur départ, un peu comme si une partie de l’énergie de ces hommes et de ces femmes vibrait encore dans un foulard, un stylo, une paire de lunettes ou encore un fauteuil…

Elle avait perdu son papa et s’habillait régulièrement avec ses anciens vêtements; une chemise, un gilet, une écharpe…Jusqu’au jour où elle eut envie de se sentir plus féminine et se résigna à donner toutes les affaires de son père à une association.

Elle sentit alors presqu’immédiatement comme une légèreté s’installer et décida de continuer à s’alléger en vendant tous les objets du défunt qu’elle avait jusqu’alors précieusement gardés.

Elle en profita d’ailleurs pour dans sa maison tout trier, car je ne sais pas si vous savez mais…

…il paraît que notre extérieur est le reflet de notre intérieur

Et elle ne pût que constater qu’en effet, plus elle triait, plus elle souriait.

Mais, il y a une chose dont elle refusait obstinément de se séparer…la bague de fiançailles de sa grand-mère. Elle la portait à son annulaire droit jour et nuit depuis plus de 30 ans… Elle se disait que si elle la laissait, sa vie serait encore plus triste et difficile ; elle croyait que garder cette bague à son doigt gardait sa grand-mère encore un peu là, comme une présence réconfortante.

Seulement voilà, ce qu’elle ne savait pas c’est que si les objets conservent un petit bout de leur ancien propriétaire, ils gardent aussi une partie des vibrations de leur histoire, bonne ou
mauvaise…

Et en gardant cette bague à son doigt, cette femme s’imprégnait chaque jour un peu plus d’une partie de la vie de sa grand-mère qu’elle ne soupçonnait pas : elle avait été bien malheureuse dans sa vie amoureuse aux côtés de son grand-père à vivre des choses dont à l’époque on ne parlait pas.

D’ailleurs cette femme aussi avait connu bien des déboires dans sa vie affective. Et c’est peut-être pour se sentir moins seule qu’elle avait un jour commencé à tous ces vieux objets collectionner. Un peu comme si, se sentir entourée de ces souvenirs finissait pas lui donner l’illusion de dissoudre sa solitude.

Et puis un jour, elle perdit l’anneau

Elle ne sut jamais ni où, ni comment…

Elle pleura beaucoup, nia l’évidence, se sentit coupable et même en colère et puis un matin, alors qu’elle arpentait les allées du marché, c’est l’anse de son panier qui céda. Toutes ses victuailles se répandirent sur le sol des Halles.

Elle s’agenouilla pour tout ramasser et vit deux autres mains venues l’aider. Elle leva les yeux, un homme lui sourit. Il lui dit quelque chose qu’elle n’entendit pas, elle voyait seulement ses lèvres bouger, mais aucun son ne sortait…un peu comme…dans un rêve lorsqu’on ne sait pas si c’est la réalité ou bien si tout est inventé.

Et je dois bien vous avouer que ce rêve était on ne peut plus vrai car à ce que l’on m’a raconté, on peut croiser cet heureux couple chaque mercredi matin au marché local.
La bague ? Elle avait décidé que son histoire à elle avait assez duré et choisi de rejoindre le paradis des bijoux. Là où se retrouvent tous les précieux colifichets pour orchestrer des rencontres aussi inattendues que fabuleuses.

Et je me disais que peut-être, ce serait pour vous aussi, le bon moment pour vous délier des entraves du passé et reprendre le canevas de votre destinée…

La Bague : C’est l’histoire de cette femme et tous les autres épisodes des Contes thérapeutiques de Séverine Fäh, chaque semaine, sur Radio-Châteaubriant.

Visuel : @siora18

Musique : Borough CC

Je suis coach mental
J’accompagne toute personne souhaitant réussir ses projets, libérer son potentiel, se sentir mieux...

Laisser un commentaire

Plus d'épisodes du podcast

# 3