KO KO MO : Le duo nantais se met au disco

ko-ko-mo-le-duo-nantais-se-met-au-disco

KO KO MO : Le duo nantais se met au disco. Après le beau succès d’une première reprise de Depeche Mode “Personal Jesus” atteignant plus de 200 000 vues à ce jour, les deux lascars nantais de KO KO MO remettent le couvert avec une nouvelle cover :  un titre disco à la sauce KO KO MO.

K20 et Warren s’attaquent désormais au plus grand succès du groupe disco-funk américain Indeep, “Last Night a DJ Saved My Life” (1982), à travers une version power rock débordante d’énergie, immortalisée dans un hôpital abandonné avec les vidéastes du collectif CLACK.

Le résultat est un format hybride entre clip et session, venant souligner la dimension live chère à KO KO MO, dans un lieu fort en symbolique, mystérieux et pleinement inspirant, où chaque pièce semble raconter sa propre histoire.

[waveplayer url=”https://radio-chateaubriant.com/wp-content/uploads/2020/10/LAST-NIGHT-5-V3-MSTRD-DIGITAL-24-48k1-online-audio-converter.com_.mp3″]

Quoi de plus inattendu que de partir d’un titre disco pour KO KO MO, groupe qui vit et transpire l’amour du (hard) rock ? Les deux complices transforment avec brio le tube de Indeep en une puissante reprise explosive, chargée en influences seventies.

Les deux lascars nantais remettent le couvert

Pour Warren (chanteur et guitariste) et K20 (batteur), les paroles de cette chanson des débuts des années 80 pourraient presque se traduire comme un dialogue entre eux. C’est un peu le reflet de leur différence d’âge, de leurs personnalités et leurs multiples influences musicales.

“Nous passons beaucoup de temps en tournée, ce qui nous donne l’occasion de se faire découvrir énormément de choses dont beaucoup de musique. Le message de cette reprise, par les temps qui courent, nous plaisait beaucoup. Tout le monde a une chanson qui lui sauve la vie, à un moment ou un autre…” !

KO KO MO : Le duo nantais se met au disco. Pourquoi avoir choisi cette chanson ?

Nous voulions faire une réponse à notre première cover « Personal Jesus ».
Pour aller plus loin l’idée était de prendre un morceau qui n’avait rien à voir avec l’esthétique Rock. Donc, quoi de plus inattendu que de partir d’un titre disco pour KO KO MO ?

Les paroles de cette chanson des débuts des années 80 (1982) pourraient presque se traduire comme un dialogue entre nous grâce à notre différence d’âge, nos personnalités et nos influences musicales.

Nous passons pas mal de notre temps en tournée. Ce qui nous permet et nous laisse le temps de se faire découvrir énormément de choses… Entre autre, de la musique.

Pour cette cover, c’était pour nous l’occasion de collaborer pour la première fois avec une autre équipe de tournage « CLACK ». Des copains, mais surtout des artistes talentueux, qui aiment notre univers. Nous avons eu un réel plaisir à travailler aujourd’hui.

Et le message de cette reprise, par les temps qui courent, nous plaisait beaucoup.

Tout le monde a une chanson qui lui sauve la vie, à un moment où un autre…

Le Collectif CLACK

Pourquoi le choix de ce lieu ?

Le choix d’un hôpital abandonné pour KO KO MO semblait évident. Au vu de leur musique électrique et musclée, il fallait trouver un lieu avec une âme, un vécu, un passé et un présent où pouvaient s’exprimer les deux artistes. Cet endroit a accueilli des soignants, des malades, des jeunes, des vieux.. en voyant la musique comme une thérapie le parallèle sautait aux yeux, “Last Night A DJ Saved My Life”.

Bio du réal, note d’intention et histoire du clip :

Kevin Charvot est un réalisateur nantais membre de CLACK. Réalisateur ou créateur d’images comme il aime se définir. Il parcourt les festivals pour leur communication, accompagne les artistes en tournée pour leur image et réalise clips ou live-sessions, fonction des envies et des idées partagées.

L’idée générale était de réaliser une forme hybride de clip/live-session, avec cette optique de garder la musique “live” au cœur de la vidéo. Les artistes jouent réellement comme dans une classique live-session mais nous voulions ajouter une vie dans ce lieu fort en symbolique, mystérieux et pleinement inspirant.

Chaque pièce racontant une histoire. Il nous fallait découvrir l’endroit à travers la caméra, comme pour réveiller les âmes y vivant autrefois. Le plan séquence, par sa force immersive, fixe l’espace et navigue dans les couloirs, tel un fantôme. Il permet également de mettre en valeur la musique live. Warren et K20 sont les deux forces restantes dans cet hôpital, deux piliers sauvés par la musique, un espoir.

KO KO MO en tournée

24/10 – Les Docks – Cahors (46)
14/11 – Festival Les Z’Eclectiques – Chemillé-Melay (49)
20/11 – Des Lendemains Qui Chantent – Tulle (19)
21/11 – Soirée Gonzaï – La Maroquinerie, Paris (75)
26/11 – Le Repère – Calais (62)
27/11 – Espace culturel les Vikings – Yvetot (76)
28/11 – L’Hydrophone – Lorient (56)
05/12 – La Manekine – Pont-Sainte-Maxence (60)
11 & 12/12 – Festival Les Enfants Terribles – Saint Herblain (44)

Photo tournage © David Gallard.

Laisser un commentaire

# 1