Jacques Montembault joue du piano assis

jacques-montembault-joue-du-piano-assis

Jacques Montembault joue du piano assis, et c’est bien ainsi. Tour à tour chanteur, acteur, accompagnateur, il vit et pense musique. Il nous parle de son travail à La Chaise Rouge et la Compagnie Cosnet depuis une trentaine d’années. Il nous dit aussi son émotion de voir trois de ses cinq enfants arriver en haut de l’affiche. Alex, Alice et Sarah participent à The Voice et passent haut la main l’épreuve. Florent Pagny les prend sous son aile. Aujourd’hui, Jacques Montembault est un homme heureux.

Jacques Montembault, bonjour, comment ça se passe pour un musicien ?

C’est très dur, depuis mars l’année dernière. On a quand même pu jouer un peu les 10 derniers, parce que y’a eu une petite période de réouverture, donc juillet août on a un tout petit peu joué et puis depuis c’est terminé, tous les projets sont à l’arrêt, on attend.

À l’origine tu es pianiste ?

C’est ça oui, j’ai fait une formation de piano au conservatoire d’Angers. Puis à Paris, à l’école normale et j’ai été presque 20 ans prof de piano, à Angers et puis dans la région ici. Suite à la rencontre avec Patrick Cosnet dans les années 90, un petit peu au début du démarrage de la Chaise Rouge, enfin qui s’appelait à l’époque l’Herberie. Bah ! j’ai commencé une deuxième carrière en fait, de comédien et toujours musicien parce que je suis toujours pianiste.

jacques-montembault-joue-du-piano-assis

Il jouait du piano debout ?

Oui.

Alors justement tout le monde ne connaît pas la Chaise Rouge, tu peux en parler un peu ?

Alors la Chaise Rouge c’est un lieu particulier en fait, où se croisent des gens d’univers différents puisqu’il y a un agriculteur, une éleveuse, un restaurant. Il y a une compagnie théâtre et un centre équestre.

Et ça se situe dans le Maine-et-Loire ?

Alors, à Ombrée d’Anjou en Pouancé et on est sur une trentaine d’hectares et puis tout ce petit monde travaille. Alors c’est vrai qu’en ce moment la situation est un petit peu compliquée à la fois pour le centre hippique pour le restaurant bien entendu. Puisque tout est fermé depuis un bon moment et puis c’est compliqué aussi pour la compagnie de théâtre

Alors il y avait d’une part la Chaise Rouge et puis d’autre part tu tournais avec Patrick Cosnet sur Ferme en scène.

Alors en fait avec la compagnie de théâtre, on a pas mal d’activité. Parce que d’une part on anime le lieu, le site de la Chaise Rouge. Puisqu’on y joue, nous, une 40 fois par an, mais il y a une 60,  70 événements par an à peu près. Mais on joue bien sûr à l’extérieur, là et partout où on nous demande en France et on a un festival d’été qui s’appelle Ferme en scène. Donc on part avec une remorque agricole de mai à septembre, à peu près, et on va de ferme en ferme dans les hangars où on présente des spectacles de la compagnie très très très régulièrement. On fait des spectacles qui traitent du monde agricole parce qu’il y en a plusieurs sur ce sujet là dans dans la compagnie. Mais ça peut être tout autre chose, ça peut être des chansons, ça peut être…

On peut rappeler ce qu’a fait Patrick Cosnet, c’est de l’acidulé…

Ouais, y a plusieurs choses, c’est pas que drôle en fait. Il y a toujours une réflexion sur ce qu’on fait ici enfin c’est le propre du théâtre de se dire :”pourquoi on est là et qu’est-ce qu’on a à faire ?”. Alors lui, comme il est issu du monde agricole, y’a forcément des sujets qui le touchent plus, sur l’avenir du monde agricole , qui est quand même très compliqué depuis 20, 30 ans, mais ça peut aller au delà de ça. Y’a des réflexions qui vont euh…donc c’est des spectacles drôles mais qui ont une dimension, une réflexion aussi sur le monde et puis ça peut être aussi touchant. La casquette du dimanche, qui est un spectacle est très connu qui a 30 ans et qui tourne toujours. Il y a cette dimension de nostalgie, savoir d’où on vient aussi.

De musicien tu es devenu acteur par la force des choses, mais dans la vie lorsqu’on te connaît t’es déjà un peu acteur ?

Je crois pas non, mais en fait j’ai jamais imaginé vraiment me retrouver sur une scène en tout cas pour être comédien, c’est vraiment un truc auquel j’avais jamais pensé et non c’est le hasard, les rencontres qui ont fait que j’en suis arrivée là.

Et c’est un vrai plaisir, tu prends vraiment beaucoup de joie à le faire et puis avec la complicité de Patrick Cosnet ?

Ah oui là c’est vraiment un travail d’équipe. C’est à dire qu’on travaille depuis 30 ans toujours ensemble c’est pas le, comment dire, le parcours le plus courant de comédiens, qui à un moment vont jouer avec une compagnie et qui après vont travailler avec une autre équipe différente. Nous on travaille toujours ensemble, alors ça nous arrive ponctuellement que ce soit pour des  projets musicaux ou de théâtre de travailler avec quelqu’un d’autre et je dirai que c’est vraiment très ponctuel et très rare. En général à 90, 95 %, on travaille toujours ensemble.

Tu vas nous parler un peu de la compagnie Cosnet ?

Oui alors en plus donc de ses activités au niveau de la Chaise Rouge, de jouer partout donc, dans le festival Ferme en scène, on a une activité importante sur Ombrée d’Anjou, puisque c’est une commune nouvelle, depuis peu (maintenant près de 9000 habitants) . Donc on travaille avec la la commune d’Ombrée d’Anjou pour proposer des choses, surtout dans notre domaine d’activité, c’est à dire le spectacle vivant.

Donc on propose un festival jeune public. Il y avait eu ça il y a quelques années à Pouancé et puis ça c’était arrêté. On devait le proposer en novembre dernier, novembre 2020, et avec le covid tout a été annulé. On espère bien que ça reparte en novembre 2021. Et puis on assure l’animation et la programmation du petit théâtre de Pouancé. C’est un lieu qui est vraiment sympa pour faire un certain type de spectacle, la scène est assez assez réduite mais à partir du moment où c’est des choses musicales,

C’est un petit écrin, c’est magnifique.

Oui voilà, qui est vraiment super ouais. Et puis on gère pas mal de résidences de gens qui viennent pour 2 jours, pour une semaine ou 15 jours, qui viennent travailler leur spectacle et puis en contrepartie je dirais, ils viennent proposer après leur spectacle au public d’Ombrée d’Anjou. Et dans la mesure du possible, on essaie de faire des rencontres avec les écoles.

Alors durant la crise sanitaire vous avez le droit d’intervenir dans les écoles ?

Alors c’est assez particulier, c’est à dire que, au petit théâtre, ont le droit de venir les écoles, avec des mesures sanitaires assez strictes, mais eux ont le droit de venir à partir du moment où ils sont mineurs et les professionnels ont le droit…c’est à dire qu’une compagnie professionnelle, elle, elle a le droit également de répéter. Si c’est une troupe amateur, donc c’est pas possible et si c’est des enfants au delà de 18 ans c’est pas possible non plus.

Aujourd’hui les manifestations Culture en lutte, tu en penses quoi, l’occupation des théâtres comme Graslin à Nantes ?

Nous on va, enfin, on suit ça de très près c’est sûr. On est toujours partagé mais comme tout le monde, c’est à dire, est ce qu’il faut avoir des mesures aussi strictes que celles qui sont actuellement ? Est ce qu’il faut avoir un principe de précaution ou est ce qu’on peut laisser la responsabilité à ceux qui ont des salles d’accueillir du public avec des mesures strictes ? Euh moi j’ai pas de réponse à ça sincèrement. Bon c’est que c’est pas dérisoire quoi ! Je veux dire l’épidémie qu’il y a actuellement, on est bien obligé de prendre des mesures. Lesquelles ? Ou à partir de quand ça doit s’arrêter ? Moi j’ai pas de réponse. On est obligés de s’adapter.

Parce que la culture c’est quand même un domaine économique très important en France ?

Bah tiens oui ! Ouais ouais c’est sûrement un…mais je dirais que c’est même pas le plus important. Le plus important c’est que les gens ont besoin de se rencontrer, de réfléchir, de discuter, de se battre j’allais dire, sur des sujets importants. Et bah tout ça c’est mis euh…voilà il reste la télé point final ! Donc faut vraiment qu’au plus vite tout le débat reprenne et qu’on puisse échanger et puis vivre normalement quoi ! Parce qu’il y a une situation quand même qui va devenir difficilement supportable. Je pense que le problème est moins pour des gens de mon âge, je dirais, bon voilà, on accepte ce genre de choses.

Là où je trouve ça insupportable, c’est pour les jeunes. Ceux qui ont 18 ans, 20 ans, 25 ans qui ont rien quoi, je veux dire qui peuvent par créer leur réseau, leur rencontre, connaître des gens, débattre de tout ça. Ils vivent une année à vide. Il y a quand même des discussions mais qui sont réduites à rien, ou très peu.

Tu as choisi Chick Corea.

Oui.

Nous sommes toujours avec Jacques Montembault. Le piano, tous les enfants de la terre veulent faire du piano ?

Beaucoup oui beaucoup. Je sais pas pourquoi en fait c’est vrai ça a toujours été un instrument très prisé.

Parce que c’est quoi…parce que c’est blanc c’est noir parce que c’est ludique ?

Je crois que ça vient beaucoup des parents qui ont un piano à la maison et qui veulent quelquefois le rentabiliser. Non je blague mais ça peut arriver quand même assez souvent. Après c’est bien parce qu’on peut s’accompagner pour chanter tout ça enfin le piano et la guitare dans les écoles de musique ça a toujours été le premier instrument.

Après de plus en plus dans les écoles de musiques, comment dire, les profs ont essayé d’inciter les enfants à choisir d’autres instruments. Pour faire de la musique en pratique collective parce que quand tu joues du piano tu joues presque tout le temps tout seul, à moins d’avoir un bon niveau, mais les 4 premières années t’es un peu condamné à jouer tout seul quoi !

Oui à moins d’être Glenn Gould ?

Bah oui c’est ça, c’est ça.

Mais justement, des enfants, tu en as des enfants ?

5 !

Tu as 5 enfants et il y en a 3 qui sont passés à la télé dernièrement ?

Oui samedi dernier, dans l’émission The Voice.

The Voice ? c’est quoi cette émission ?

Alors c’est une émission, ça fait 12 ans que ça existe je crois, et c’est en fait des talents…Alors il y a au départ je crois plus de 10000 personnes qui se présentent pour accéder (il y a une sélection). C’est à la fois des gens qui font des candidatures spontanées en régional puis après national. Il y a aussi des gens qui sont recrutés via internet, il y a une équipe de The Voice qui fouille un peu dans l’internet pour essayer de voir et de chercher des talents.

Et puis c’est comme ça que j’ai trois de mes enfants qui ont été contactés en mars 2020. Et donc c’est très très long les sélections. Il faut aller plusieurs fois à Paris repasser devant des jurys différents et puis c’est vrai qu’au début où ils ont commencé, j’y croyais pas trop quoi, la sélection est tellement dure ! Et puis petit à petit, en juin ils ont commencé à y croire. Et puis juillet et puis on leur dit “c’est bon ça va, ça va le faire, on se revoit en septembre”.

Ils savaient qu’il y avait encore une marge, une petite marge, c’était pas encore sûr et puis on se retrouve en mars, un an après. Et donc elles sont passer une première fois, je crois qu’ils étaient 150 candidats je crois, à peu près et ils en gardaient que 60 à peu près. Donc ils font partie des 60. Donc elles vont passer le 2e tour.

On cite leurs prénoms ?

Alors c’est Alice, Alex et Sarah.

Et le nom du groupe ?

jacques-montembault-joue-du-piano-assis

Pottok on the Sofa. Elles ont présenté un morceau d’Adèle qu’elles avaient travaillé, surtout coupé, parce que tu présentes que 2 minutes (or tous les morceaux font 3, 4 minutes, 4 minutes 30) . C’est pas si évident que ça d’avoir quelque chose, une structure qui tienne la route sur 2 minutes, où on peut enlever un couplet, mais pas tout parce que…

Voilà et puis entendre un petit peu le violon, entendre bien leurs trois voix, entendre les passages en groupe etc.

Donc il y a violon, il y a piano…

Alors Sarah joue du violon et chante, Alice chante et Alex fait du piano, de la guitare et elle chante.

Donc ça c’est le 2nd album qui est sorti quand ?

En 2019.

Y’a un premier album qui est sorti en ?

2017
Le premier album c’était 5 titres de reprises et là ce sont 6 compos.

Alors pourquoi ce nom ?

À l’origine on allait assez souvent en vacances dans le pays basque et là-bas y’a des petits chevaux sauvages qui s’appellent les pottoks quand on le dit avec l’accent, et elles avaient 10 ans quoi, elles avaient retenu son nom là, pottoks…on les appelait comme ça les pottoks, elles ont gardé ça et puis en rajoutant « on the sofa » parce que c’est de la musique cool voilà.

Elles ne sont pas totalement inconnues, elles sont passées à Châteaubriant à la Rurale

Oui tout à fait, tout à fait, elles sont passées pas mal dans la région mais c’est vrai que le, comment dire, elles commençaient à être un petit peu connu dans le coin et c’est vrai qu’avec le covid bah toutes les dates ont été annulées.

Oui sur la région d’Angers, parce qu’il y en a si je ne me trompe pas, 2 qui habitent sur Angers ?

Alors Alex et Sarah sont à Angers et Alice à Tours. Elles ont beaucoup joué dans la région de Tours aussi.

Nous sommes toujours avec Jacques Montembault. Donc on parlait d’Alice, de Sarah et d’Alex, Pottok on the sofa, alors la musique ça leur est venu quand ?

En fait les 5 enfants ont baigné dedans, en fait avec leur maman qui est musicienne, moi également,

Valérie qui est violoncelliste

Oui voilà tout à fait. Elles ont commencé à chanter ensemble, assez jeunes en fait. La première fois qu’elles ont joué en public ça devait être en 2012, un demi répertoire, il devait y avoir 6, 7 chansons. Sarah était toute petite, elle devait avoir 11 ans quoi, et puis c’est en 2015 qu’elles ont vraiment monté un répertoire complet, enfin pour faire un concert entier. Là en parallèle faut parler un petit peu de leur parcours c’est à dire qu’elles ont , enfin ils ont suivi tous les 3, un parcours classique à l’école de musique de Pouancé, à Chateaubriant également pour 2 d’entre eux, et puis au conservatoire d’Angers. Et après ils ont chacun choisi une voie différente.

C’est à dire que Sarah est restée dans le domaine classique puisqu’elle est en 3e cycle de violon, elle devrait passer sa médaille d’or cette année, ou l’année prochaine. Alice, elle a pris la voie du jazz ; elle est à Jazz à Tours en 5e année, en vocal jazz à Tours. Et Alex a pris un chemin différent, c’est à dire qu’après 2 années à Jazz à Tours, elle a souhaité travailler seule avec des machines. Elle compose, elle écrit de la musique, elle fait des musiques pour des pièces de théâtre également.

Elle fait des boucles, des loops sur des machines ?

Des arrangements et plus musique actuelle en fait. Donc la musique classique, jazz et musiques actuelles.

Donc elles se réunissent tous les combien ?

C’est très variable, c’est à dire qu’il va y avoir 3 semaines sans rien et puis après ils décident de travailler pendant un mois, c’est ce qui est arrivé en juin l’année dernière, pendant le confinement. Puis l’été dernier aussi, ça arrive une semaine, 2 semaines, 3 semaines le plus possible et puis après bah il peut y avoir une période où chacun a ses activités.

Et chacun amène son truc ?

Voilà les arrangements en général, la fin des arrangements sont collectifs souvent et puis il peut y avoir un travail de texte ensemble, souvent les origines, les idées de de départ viennent d’Alex très souvent. Mais après c’est tout le monde qui met la main à la pâte quoi, pour faire avancer le morceau.

Et donc il y a l’œil du papa ? Il y a l’œil de la maman ? L’oreille ?

Moi j’aime bien. J’aime bien donner mon avis après je suis pas toujours à écouter.

Oui mais c’est le principe.

Mais oui puis c’est bien parce que quelquefois le fait de remarquer un truc, « tiens ça… y’a une chose bizarre, j’ai peut être une solution »… C’est peut être pas ma solution qui sera la bonne mais ça me permet de travailler sur cette petite chose là et d’aller vers autre chose. Je serais quand même très déçu si je pouvais pas du tout donner mon avis. Moi j’aime bien mais objectivement ils travaillent tout seuls.

Le dernier Cd de Pottok on the Sofa est disponible sur leur site

Write me a letter
CD 6 titres – 7€

Jacques, on peut le dire, tu as été pianiste de croisière.

Ah oui j’ai fait ça aussi.

Tu peux nous raconter ?

En fait je crois, j’ai calculé, je crois que j’ai passé 3 mois et demi en tout sur des bateaux à raison de 15 jours tous les ans à peu près. J’aimais beaucoup. Je jouais à peu près 1h ou 2h par jour et puis le reste du temps, on profitait du bateau, on profitait des escales pour visiter des pays.

Oui parfois on prolonge son contrat…

Ah tu es au courant de ça toi ?

Oui un certain soir tu me l’as raconté…

Oui ça m’est arrivé une fois oui c’est vrai. Je suis pas descendu à temps du bateau donc je suis reparti pour une semaine.

Tu as des projets musicaux ?

Pas vraiment. Aujourd’hui c’est très difficile d’en avoir. Je dis ça…c’est une situation vraiment inédite. Là les projets d’aujourd’hui sont ceux que j’avais il y a un an. Alors est-ce qu’on appelle toujours ça des projets ? Il y a un spectacle que j’ai monté il y a 4 ans que j’aimerais bien reprendre. Seul en scène ou y’a à la fois du théâtre et du piano, ça j’aimerais bien le refaire. Il y a une pièce de théâtre qu’on vient de monter sur Labiche. On est 5 comédiens sur scène et ça fait un an que ça devait être sorti.

On l’a repoussé en novembre 2021 donc bah oui c’est des projets. Mais c’est des projets qui auraient déjà dû être enfin terminés, en tous cas qui devraient déjà être en cours. Donc voilà, on va déjà essayer de finaliser ce qui a été commencé et puis après on verra si…J’espère qu’il y aura d’autres choses qui viendront après.

Tu composes ?

Très peu. Ça n’a jamais été un besoin, en fait j’ai écrit de la musique pour des pièces de théâtre. Je dirais un petit peu de la musique de commande, voilà il faut faire quelque chose je l’écris, et ça m’intéresse, j’aime beaucoup l’arrangement aussi. Mais composer pour moi ça n’a jamais été une nécessité donc en fait je l’ai très peu fait.

Tu as accompagné des chanteurs, chanteuses ?

Oui je le fais toujours oui pour plusieurs.

Tu peux les citer ?

J’ai accompagné Steeve Gernez, Michel Boutet, on travaille souvent avec Michel Boutet, Marielle Dechaume, Gabriela Barrenechea, Marie-Claire Vialatte, j’en oublie certainement je suis désolé.

Les gens qui t’inspirent dans la musique, les grands ?

Qui m’inspirent ? C’est un peu prétentieux mais non en fait. Je veux bien faire les choses que je sais faire et qui me plaisent.

Tu n’as pas un disque de chevet ?

Pas vraiment non.

On parlait tout de suite de Chick Corea, il y a des gens donc tu es fan ?

Des gens comme lui, ah oui ça c’est certainement un des premiers mais non j’écoute beaucoup de classique. J’écoute du jazz, j’aime bien la chanson, un peu la variété si c’est bien écrit. La musique des années 70. Et bien merci…

À moins que tu veuilles ajouter quelque chose ?

J’espère le plus tôt possible. J’espère que cet été on pourra rejouer vraiment, qu’au mois de juillet ce sera et pas, pas un rang sur deux. Et qu’on pourra vraiment partager ensemble. Ça c’est vraiment très important dans une salle de spectacle. Si les gens sont éloignés il y a pas la communion quoi, la mayonnaise prend pas.

Alors ça fonctionne quand même. C’est à dire qu’on a assisté à un spectacle. Mais on est plus à la télé que côte à côte, épaule contre épaule à partager le même truc quoi. Et c’est ça qu’il faut qu’on retrouve.

Le seul avantage c’est pour les gens qui n’ont pas de succès ?

Voilà c’est ça, c’est ça, on dit qu’on fait une salle pleine, c’est quand elle est à moitié vide. Mais c’est vrai, c’est pas une bonne solution.

Merci à toi, Merci au revoir…

Jacques Montembault joue du piano assis et l’ensemble des podcasts à retrouver sur Radio-Châteaubriant.

Visuels de Jacques Montembault au piano par © Dany Sabourin, visitez son site

Musique : Chick Coréa, Spain.

Extraits de pièces de théâtre de la Compagnie Cosnet.

Jacques Montembault joue du piano assis et l’ensemble des podcasts à retrouver sur Radio-Châteaubriant.

Participer à la discussion

Commentaire

Plus d'épisodes du podcast

Les Gens
Loading...