Il est venu le temps des cathédrales

il-est-venu-le-temps-des-cathedrales

Il est venu le temps des cathédrales, en l’occurrence, celui de Notre Dame de Paris, à rebâtir suite à l’incendie qui ravagea sa toiture et la flèche de Viollet-le-Duc, en avril 2019. Mille arbres ont été abattus pour reconstruire la charpente, à l’identique, et espérons-le, dans la tradition séculaire des bâtisseurs du Moyen-âge.

Bonsoir à vous cher.e.s auditrices et auditeurs du lundi. Comment allez-vous ? Est-ce que vous vous êtes promené en forêt ce weed end ? Si oui, vous avez peut-être remarqué des signes cabalistiques tracés à la bombe sur un arbre !

Si c’est le cas, j’espère que vous vous êtes recueillis près de son tronc, voire que vous lui avez fait un gros câlin. Car vous étiez peut-être devant l’un des 1000 chênes sélectionnés, sacrifiés sur l’autel de la reconstruction de Notre Dame de Paris.

Bon OK je dramatise. Rassurez-vous, 1000 arbres, c’est presque rien. Rien que depuis le début de ce podcast, 2400 arbres ont déjà été abattus dans le monde entier. En plus la France se reboise plus vite que les autres pays européens, et la plupart des arbres choisis vont permettre de valoriser la filière forestière française qui connaît aujourd’hui des difficultés en raison de la sous-exploitation des futaies. Et puis, 1000 chênes, qu’est-ce que c’est ?

Et bien figurez-vous que c’est 2 fois moins d’arbres que ceux qui ont servi à reconstruire à l’identique, la fameuse Hermione, le bateau de ce bon vieux Lafayette. 2000 arbres pour se prouver qu’on savait faire aussi bien que les charpentiers du 18° siècle. Donc vous voyez, on n’est pas à une excentricité près. Mais bon, c’est pas le sujet.

Franchement, ils auraient pu épargner les arbres

Alors je vous entends d’ici me dire…franchement, ils auraient pu épargner les arbres, et reconstruire la charpente de la cathédrale en béton ou en acier. C’est vrai, je me suis posée la question moi aussi. Mais non, c’est pas possible, car voyez-vous, Notre Dame est un monument classé, et sa restauration impose le respect de l’article 9 de la Charte de Venise. C’est-à-dire, qu’une partie détruite doit être restituée fidèlement dans le respect de la substance ancienne tant que celle-ci est documentée par des relevés précis.

Et c’est le cas. Des relevés précis, on en a plein. Donc du bois pour la charpente, pas d’autre choix.

Ce que je ne comprends pas, c’est pourquoi certains arbres choisis font plus d’un mètre de diamètre, alors qu’au moyen âge, les arbres employés pour les charpentes avaient une section plutôt de 25 ou 30cm.

Ce que je comprends encore moins, c’est la joie béate de certains donateurs privés qui ont offert un de leurs chênes centenaires ! Alors oui c’est vrai, c’est un sujet qui me traumatise. Quand j’étais petite, mon jardin, en plein centre-ville était ombragé par un tilleul tricentenaire absolument magnifique. Le propriétaire nous a lâchement foutu à la rue pour revendre la maison à la mairie de ma commune. Ils y ont installé un accueil psychologique de jour, et n’ont rien trouvé de mieux à faire que de couper tous les arbres pour faire un petit parking privé ! Adieu mon beau tilleul…La colère et la tristesse ne m’ont jamais quitté ! Depuis, c’est moi qui ai besoin d’un soutien psychologique. Mais bon, c’est pas l’sujet !

Entretenir le patrimoine c’est important

Entretenir le patrimoine c’est important, je vous le concède. Mais qui finance ? L’État est propriétaire de Notre Dame et c’est à lui de piloter le financement des travaux. Il n’en a pas franchement les moyens. Alors, prosternons-nous devant les généreux donataires, Arnault, Pinault et compagnie pour les centaines de millions d’euros qu’ils ont promis. Peut-être espèrent-ils gagner leur place au paradis en participant à la reconstruction d’une cathédrale ?

En réalité, ils bénéficieront surtout d’un abattement fiscal de 60% de leurs dons. Soit dit en pensant, le budget de l’État pour le patrimoine est de 326 millions d’euros, alors que le mécénat d’entreprise lui en coute à peu près 1 milliard. Cherchez l’erreur ! Mais bon il parait que c’est pas l’sujet non plus.

Alors j’espère au moins que la reconstruction de Notre Dame va permettre le lancement d’un vaste chantier d’insertion, un chantier-école, avec des dizaines de charpentiers équarrissant des grumes à la hache et taillant les bois manuellement selon les règles ancestrales du métier. Cela permettrait aux entreprises de renouer le lien avec ce savoir-faire pluriséculaire, dans l’esprit et la continuité des chantiers des bâtisseurs de cathédrales.

Allez, sans mauvais jeu de mots, ne nous laissons pas abattre. Belle semaine à vous.

Il est venu le temps des cathédrales, un épisode de l’émission C’est pas le sujet, par Barbara G. Derivière, sur Radio-Châteaubriant.

Musiques : When we set out et extrait «Notre Dame de Paris 1998» / Chopin (Marche funèbre)

Participer à la discussion

Plus d'épisodes du podcast

Écouter Radio-Châteaubriant Détacher le lecteur
C'est pas le sujet
Loading...