Compostelle : C’est l’histoire de cet homme

compostelle-cest-lhistoire-de-cet-homme

Compostelle : C’est l’histoire de cet homme qui avait décidé de partir seul sur le chemin de Compostelle. Il espérait comme la légende le racontait, par une étoile être guidé vers la lumière de sa destinée. C’est en effet très souvent pour quitter l’obscurité que l’on se met à cheminer…

Sur sa route, il croise le chemin d’une femme âgée qui le prend sous son aile. Elle fait et refait le pèlerinage chaque année, peut-être a-t-elle des choses à se faire pardonner ? Alors, elle lui donne des conseils, le guide dans ses choix d’orientation, un peu comme le ferait une maman qui voudrait prendre soin de son enfant…

Ils cheminent ensemble un jour ou deux et puis un beau matin, l’homme en a assez de la compagnie de cette aînée. Il se sent bridé, étouffé par son désir de liberté. Seulement voilà, il ne sait pas comment le lui expliquer, ne veut surtout pas la froisser…

Au moment du départ ce matin là, alors qu’ils viennent de terminer le dernier petit-déjeuner partagé dans le refuge qu’ils avaient élus pour la nuit. C’est la femme qui l’avertit : elle lui explique que leurs chemins vont se séparer ici.

Elle a d’autres projets, d’autres envies

La vie est ainsi faite que l’on a parfois même plus besoin de se parler. Cette rencontre symbolique avait alors permit à cet homme de mesurer l’essentialité de l’amour d’une mère qui sur cette randonnée avait su lui remettre le pied à l’étrier ; et malgré tous ces bons moments partagés, se séparer peut parfois signifier davantage s’aimer en respectant de l’autre les besoins d’individualité…

Et c’est toujours le bon moment pour continuer à s’apprécier, s’écouter et se placer en premier dans notre existence. Car sur ce chemin de la connaissance révélée, que croyez -vous qu’il pourrait arriver ? Sinon à soi se reconnecter ?

Et je ne sais pas si vous savez mais très souvent pour se trouver il est vital de se détacher, de laisser sur le côté, les vieilles rancœurs du passé, les vieux schémas qui ont cessé de fonctionner pour enfin vers le Graal se diriger. Car en effet, dans presque toutes les traditions, il est ainsi fait allusion à quelque chose qui, à partir d’une certaine époque, aurait été perdu ou caché : comme le secret d’une certaine forme d’immortalité.

Or c’est bien ce trésor que notre héros était venu chercher

Pour se rapprocher de ses racines, il avait gravit jusqu’aux cimes et s’était enfin délesté de ses anciennes contrariétés afin de poursuivre plus léger et c’est assez amusant de constater que c’est généralement en se pardonnant que l’on réussit à couper les derniers fils du passé, ceux qui entravent la liberté.

Quand l’heure du retour se présenta à sa porte, le marcheur comprit son erreur : il avait voulu fuir son quotidien, mettre tous les empêcheurs au loin. Oh oui, on peut se persuader que « l’enfer c’est les autres » mais ce huis clos lui révéla que ce ne sont pas les autres mais peut-être lui seul qui se privait de liberté. Telle fut donc la récompense de cette heureuse quête de sens.

Depuis, armé d’un bâton et d’une coquille, notre enquêteur de soi est devenu guide. Il agite sa lanterne pour faire la lumière sur le chemin de ceux qui cherchent à se trouver ou peut-être l’inverse, je ne sais plus très bien et si d’aventure, il vous arrive de le croiser, laissez vous conter le récit de ce chevalier, vous pourriez bien être étonné et en sortir…métamorphosé, qui sait ?

Compostelle : C’est l’histoire de cet homme, ainsi que les autres épisodes des Contes Thérapeutique de Séverine Fäh, chaque semaine sur Radio-Châteaubriant.

 

Je suis coach mental
J’accompagne toute personne souhaitant réussir ses projets, libérer son potentiel, se sentir mieux...

Participer à la discussion

Plus d'épisodes du podcast

Écouter Radio-Châteaubriant Détacher le lecteur
Les contes thérapeutiques de Séverine Fäh
Loading...