Chapitre 4 : qui frise la chronologie

chapitre-4-qui-frise-la-chronologie

Chapitre 4 : qui frise la chronologie.

La fille va interviewer le premier psychanalyste de l’émission.

Il s’appelle Bernard Porcheret. Il est membre de l’École de la Cause Freudienne et de l’Association Mondiale de Psychanalyse, et président-coordinateur de l’UFORCA-Nantes. Le psychanalyste a donné rendez-vous à l’intervieweuse amateure à son cabinet, à Nantes. La fille décide de se rendre sur place en tram-train. C’est à la fois un voyage dans l’espace et dans le temps qui commence : de gare en gare, se déroule une histoire un peu foutraque de la psychanalyse, à partir de quelques dates et de rushs. Tous les interviewés des trois premiers épisodes sont du voyage : les deux professeurs de philosophie, Nathalie Labrousse-Marchau et Yvan Etiembre ; l’ancien psychiatre, Francis Paumier ; et Coralie Chambon, la psychologue.

« Quelques considérations pour une étude comparative des paralysies motrices organiques et hystériques » : 3 minutes d’arrêt

L’histoire de la psychanalyse commence avec celle de son inventeur, Sigmund Freud (1856-1939), et la publication d’un texte : « Quelques considérations pour une étude comparative des paralysies motrices organiques et hystériques » (1893). Bernard Porcheret choisit de s’arrêter sur ce texte fondamental. En le rédigeant, Freud, le neurologue, sort la névrose hystérique du domaine de la neurologie et « passe sur le terrain de la psychologie ».1

En effet, après avoir obtenu son diplôme de médecin, le jeune autrichien décide d’approfondir ses connaissances en neuropathologie. Il observe les symptômes de personnes atteintes de paralysie motrice : la survenue de la paralysie, sa délimitation, son intensité. Il remarque que certaines paralysies sont dues à une lésion cérébrale, et que d’autres, dites hystériques, ne sont pas « le fait de l’anatomie ». A l’égard de ces dernières, Freud préfère l’hypothèse d’ « une représentation spéciale »1 à l’hypothèse de la pure simulation. Pour lui, les symptômes hystériques disent quelque chose.

La naissance de la psychanalyse

Au début de sa pratique, Freud s’inspire de ses maîtres (Charcot, Bernheim, Breuer…) et de leurs techniques basées sur l’hypnose et la suggestion. Puis il s’en éloigne. Au fil des cures qu’il mène auprès de sujets névrosés, Freud élabore un traitement basé sur la parole, l’écoute et un travail d’interprétation : la psycho-analyse (1896).

Mais l’œuvre freudienne ne s’arrêtera pas à la psychopathologie. Freud ne cessera d’étendre le champ de ses recherches. Progressivement, il mettra au point une théorie du psychisme et de son fonctionnement. Puis, à la lumière de celle-ci, il proposera des éléments de compréhension de la civilisation touchant de multiples domaines comme l’art, la religion, la politique…

Un voyage turbulent

Un avertisseur sonore, un freinage d’urgence, un accident de sandwich. Le voyage spatio-temporel à destination de Nantes est mouvementé. C’est que l’histoire de la psychanalyse n’a rien d’un long fleuve tranquille. Freud a formé de fervents disciples mais sa théorie s’est heurtée à une résistance massive. Des sociétés locales, nationales et internationales de psychanalyse ont vu le jour. Mais pour autant, hier comme aujourd’hui, elles ne constituent pas une communauté unie. Les dates sélectionnées tout au long du voyage montrent que ces sociétés sont le terrain de débats, mais aussi de divergences et de conflits entre les différents membres ou associations adhérentes.

Après celui de Sigmund Freud, c’est le nom de Jacques Lacan qui revient le plus souvent au cours du voyage. Lacan (1901-1981) est un psychiatre et un psychanalyste français. Il revient aux textes originaux (en langue allemande) de l’inventeur de la psychanalyse. Pendant trente ans, il démontrera que « la pensée de Freud est la plus perpétuellement ouverte à la révision ». Ce retour à Freud sera un retour à la subversion des origines. Il suscitera admirations, adhésions, contestations, condamnations, et consécutivement, l’émergence de nouvelles sociétés psychanalytiques.

 La psychanalyse aujourd’hui

Le temps d’un aller simple Châteaubriant-Nantes ne suffit pas au déroulement de l’histoire de la psychanalyse en France. Mais à la fin du voyage, la fille espère que les petites haltes faites sur quelques dates et sur quelques commentaires auront permis de donner une idée de ce qui, de sa naissance à aujourd’hui, contrarie et anime la psychanalyse. La découverte freudienne soulage des souffrances et fascine, mais elle bouscule les consciences, scandalise et s’oppose à des résistances. Elle fédère des disciples, et engendre des dissidents et des détracteurs. Tantôt elle est reconnue et mise à l’honneur, tantôt elle est vilipendée et mise à l’index. Plus elle s’est répandue et institutionnalisée, plus elle a risqué de s’éloigner de l’esprit subversif de ses origines. La psychanalyse fit progresser l’étude de la psychopathologie en l’éloignant de la neurologie, les neurosciences écarte la psychanalyse au nom du progrès.

Bien des facteurs cités à la fin de l’émission pourraient faire de la chronologie proposée une nécrologie. La prescription de médicaments contre l’anxiété et la dépression. De nouvelles thérapeutiques jugées plus scientifiques, efficaces et rentables. Une université faisant de moins en moins de place à la psychanalyse. Mais, ce serait faire peu de cas de la dimension politique de l’invention freudienne. Bernard Porcheret l’assure : la psychanalyse n’appartient pas au passé. Plus que jamais, « la psychanalyse a un rôle à jouer dans la lecture des faits de société ».

Tout cela donne de quoi s’interroger sur l’actualité et le devenir de la psychanalyse, et poursuivre le podcast…

Un podcast réalisé par Nathalie Marsac

 

Merci à Nathalie Labrousse-Marchau, Yvan Etiembre, Francis Paumier et Coralie Chambon pour leur participation à ce quatrième épisode d’En cours d’analyse. Un merci particulier à Bernard Porcheret qui m’a accordé sa confiance en acceptant gentiment d’ouvrir la série d’entrevues des psychanalystes ! Et merci à tous ceux et toutes celles dont on n’entend pas encore la voix mais qui ont accepté ou qui vont accepter de participer aux prochaines émissions.
 
Quelques éléments de bibliographie et de sitographie :
ROUDINESCO Élisabeth, Histoire de la psychanalyse en France – Jacques Lacan : esquisse d’une vie, histoire d’un système de pensée, Librairie générale française, 2009.
GAY Peter, Freud, une vie. Fayard, 2014.
1FREUD Sigmund, « Quelques considérations pour une étude comparative des paralysies motrices organiques et hystériques », Archives de Neurologie, 1893, n°77. URL : Quelques considérations pour une étude comparative des paralysies motrices organiques et hystériques / par le Dr Sigm. Freud,… (bnf.fr) : Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France.
FREUD Sigmund, La naissance de la psychanalyse, Presses Universitaires de France, 2009.
FREUD S. et BREUER J., Etudes sur l’hystérie (1895), Presses Universitaires de France, 1956.
FREUD Sigmund, Une difficulté de la psychanalyse in L’Inquiétante Étrangeté et autres essais, Gallimard – Folio essais, 1985.
LACAN Jacques, Ouverture du Séminaire I, Les écrits techniques de Freud, Le Seuil, 1975.

 

Plus d'épisodes du podcast

Écouter Radio-Châteaubriant Détacher le lecteur
En Cours d'Analyse
Loading...